Vous êtes ici : Le Blog du Guide de la Vue » Santé & Bien-être » Prévention Santé » Lumière bleue, quelques règles à suivre

Lumière bleue, quelques règles à suivre

Déjà plusieurs années que la lumière bleue fait parler d'elle, taxée d'être nocive pour les yeux. Or il n'y a plus vraiment de doutes aujourd'hui. Les scientifiques s'accordent pour relater la toxicité d'une surexposition à la lumière bleue pour les yeux et, plus généralement, pour la santé. Quelles sont alors les règles à respecter ? Eléments de réponses avec les recommandations de l'Anses pour vivre au mieux avec la lumière bleue.

 

Une surexposition à la lumière bleue

Six, c'est le nombre d'heures passées en moyenne par jour par les Français devant les écrans. Un chiffre qui passe à plus de 10h chez les 16-24 ans mais aussi chez les seniors, une population très friande d'écrans. L'explosion des écrans mobiles n'y est pas étrangère : on estime à 75% le nombre de Français disposant d'un smartphone. Télévision, ordinateur, téléphone, tablette, sans oublier toutes les lampes à LED : tous nous (sur)exposent à la lumière bleue, cette partie du spectre de la lumière aux longueurs d'onde situées entre 380 et 500 nanomètres.

 

La lumière bleue est-elle dangereuse ?

Des études ont en effet montré qu'une surexposition à la lumière bleue pouvait entraîner des lésions au niveau de la rétine et du cristallin. Des liens ont même été établis entre DMLA et lumière bleu-violet (partie de la lumière bleue la plus toxique pour les yeux). Avérée pour les yeux, la toxicité de cette surexposition pourrait l'être également pour la santé en général. Troubles du sommeil, fatigue, anxiété, difficultés à se concentrer ou mémoriser, etc. la liste des méfaits ne cesse de croître. Une étude, réalisée sur des mouches, a même démontré qu'elle pouvait réduire leur espérance de vie...

 

Les recommandations de l'Anses

C'est pourquoi l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail a émis des recommandations. Objectif : limiter cette exposition autant que faire se peut. Si elle incite toute la population à réduire l'exposition à la lumière bleue avant le coucher et pendant la nuit, elle met particulièrement en garde la vulnérabilité des plus jeunes. Leurs yeux ne sont en effet pas complètement formés. Leur cristallin laisse passer davantage de rayons jusqu'à la rétine, qui se situe au fond de l'œil et qui est en charge de transmettre les informations au cerveau. Sans oublier les conséquences sur leur rythme biologique. Conclusion : oui à la lumière bleue, mais à petites doses donc !

 

Retrouvez l'intégralité de l'article Lumière bleue, à consommer avec modération” sur Guide-Vue.fr

 

 

Ce contenu a été publié dans Prévention Santé, Santé & Bien-être par Le Guide de la Vue
Tags : , , .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *