Vous êtes ici : Le Blog du Guide de la Vue » Santé & Bien-être » DMLA » Recherche et DMLA, où en est-on ?

Recherche et DMLA, où en est-on ?

Une personne sur quatre âgée de plus de 70 ans est aujourd’hui concernée par la DMLA, la dégénérescence maculaire liée à l’âge. Elle est également la principale cause de malvoyance sévère dans les pays industrialisés. Face à ce problème de santé publique, les chercheurs se mobilisent pour enrayer sa progression et trouver de nouveaux traitements. Le point sur les derniers travaux.

 

L’ambition des implants rétiniens

Egalement appelé prothèse rétinienne, rétine artificielle et même œil bionique, l’implant rétinien est fixé sur ou sous la rétine. Il permet de convertir la lumière en signaux lumineux. Plusieurs dispositifs sont en cours d’évaluation et s’avèrent particulièrement prometteurs pour les patients souffrant d’une dégénérescence des cellules photoréceptrices. Le laboratoire Pixium Vision a annoncé début 2018 l’activation réussie d’un implant rétinien chez trois patients atteints de DMLA sèche. Pour rappel, cette forme de DMLA ne dispose aujourd’hui d’aucun traitement.

La thérapie cellulaire porteuse d’espoirs

La thérapie cellulaire consiste quant à elle à soigner un organe défaillant par l’implantation de cellules saines. Celles-ci sont obtenues à partir de cellules souches embryonnaires ou pluripotentes et ont pour mission de remplacer les cellules défectueuses. En matière de vision, les équipes de l’Institut de la Vision ont réalisé une grande première en décembre 2017. Ils ont en effet réussi la greffe d’un patch cellulaire sur des rats atteints de rétinite pigmentaire. A ce titre, les chercheurs envisagent dans un futur proche des essais de cette nouvelle thérapie sur des personnes souffrant également d’une dégénérescence de l’épithélium pigmentaire, notamment les personnes atteintes de DMLA.

La thérapie cellulaire rend la vue à deux patients britanniques

A Londres, une équipe de chercheurs a annoncé que deux patients atteints de DMLA dans sa forme sèche venaient de retrouver la vue grâce à l’utilisation de cellules souches embryonnaires. Celles-ci ont permis de fabriquer des cellules de l’épithélium pigmentaire qui ont été transplantées dans l’œil des patients. Ils étaient jusqu’alors dans l’incapacité de lire, même avec des lunettes. Aujourd’hui la sexagénaire et l’octogénaire greffés réussissent à lire entre 60 et 80 mots par minute avec leurs lunettes. Une première qui ouvre un grand champs d’espoirs…

Pour en savoir plus, retrouvez l’intégralité de ce sujet sur Guide-Vue.fr : "DMLA, des avancées majeures porteuses d'espoirs" >>

Ce contenu a été publié dans DMLA par Le Guide de la Vue
Tags : , , .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *