Vous êtes ici : Le Blog du Guide de la Vue » Les Professionnels » Les Professionnels de la vue » Rendez-vous ophtalmo : des délais d’attente en baisse

Rendez-vous ophtalmo : des délais d’attente en baisse

Traitement DMLA et rétinopathie diabétiqueBonne nouvelle : les délais d’attente pour l’obtention d’un rendez-vous chez l’ophtalmologiste sont en baisse.

 

Dans certaines régions, les délais d’attente de 6 mois à 1 an étaient la règle. Pourquoi ? Notamment en raison du départ à la retraite de nombreux ophtalmologistes et leur non remplacement, combiné au vieillissement de la population. Cet écart grandissant entre les besoins de soins et la capacité de soins laissait présager d’ici peu un véritable problème de santé publique. C’est pourquoi des solutions ont été mises en place et commencent à “payer”.

 

Ophtalmologistes et orthoptistes

Premier axe : le nombre d’ophtalmologiste en France. En 5 ans, le numerus clausus a augmenté de 50 %, le nombre d’ophtalmologistes de plus de 65 ans toujours en activité a triplé et entre 30 et 50 ophtalmologistes étrangers par an sont venus renforcer l’offre médicale. Deuxième axe : la délégation de tâches vers les orthoptistes qui a permis une nouvelle organisation des cabinets d’ophtalmologie autour d’une équipe médicale et ainsi une gestion plus l’efficace du flux de patients.

 

Résultats : des délais plus courts

L’étude Novartis l’a prouvé : le délai médian pour l’obtention d’un rendez-vous est en baisse. Que ce soit pour les visites de vérification de patients inconnus du cabinet tout comme dans les situations d’urgence pour les nouveaux patients, l’étude atteste d’un réel raccourcissement des délais d’attente médians. Une bonne nouvelle pour la santé visuelle.

 

Source SNOF 9 octobre 2015

Ce contenu a été publié dans Les Professionnels de la vue par Le Guide de la Vue
Tags : , .

Un commentaire pour Rendez-vous ophtalmo : des délais d’attente en baisse

  1. Milou dit :

    Pour le moment, sur le département de la Sarthe, aucun ophtalmologiste ne prend de nouveaux patients. Ils se contentent de répondre, lorsqu’ils répondent au téléphone, qu’ils ne peuvent résoudre les problèmes de santé publique. Et que suite au départ en retraite de 10 praticiens non remplacés, il n’y a pas de rendez-vous possible. Est-ce normal en France, d’en être arrivé à ce stade ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *